éducation civique

, par  Mlle Grandin , popularité : 24%

I - L’EGALITE

Tout être humain a une égale dignité du simple fait qu’il est homme. Tout citoyen, tout administré, tout justiciable a droit à l’égalité devant la loi et à un égal accès aux fonctions et aux institutions.

L’égalité devant la loi : Résultat d’une conquête historique, le principe d’égalité est affirmé et garanti par les textes constitutionnels (constitution de la Ve République).
Cependant, les individus sont confrontés à des situations d’inégalité sociale, économique, culturelle. Ils sont animés par ailleurs par des aspirations et des intérêts différents.
Quelques exemples de lois qui visent à sauvegarder le principe d’égalité (l’impôt progressif, l’aide judiciaire...) servent d’illustration.

Le refus des discriminations : Toute distinction n’est pas discriminatoire. Des différences de statuts (être célibataire ou marié, être travailleur ou retraité,...) induisent des catégories différentes de droits. Mais les discriminations deviennent illégitimes et sont condamnées comme un délit lorsqu’elles introduisent une exclusion, un refus de service, une restriction ou préférence qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, dans des conditions d’égalité, des droits des personnes. Des exemples sont donnés sur les différentes formes de discrimination (racisme, sexisme, rejet des handicapés et des malades...) et d’intolérance.

La dignité de la personne : Le respect de l’intégrité physique et morale de la personne est garanti par la loi. L’enfant, a droit à une protection contre les violences et les formes d’exploitation (travail des enfants, mauvais traitements...).
La responsabilité de chacun est abordée en relation avec l’éducation à la santé et les problèmes de santé publique. La prévention contre l’alcoolisme, le tabagisme, la drogue, donne des objets d’étude. Une réflexion est menée sur l’importance personnelle et collective des règles d’hygiène au sein du collège et hors du collège.

Documents de référence
- Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen (articles 1 et 6).
- Déclaration universelle des Droits de l’homme (articles 1 et 7).
- Constitution de 1958 (article 1).
- Convention internationale des Droits de l’enfant (articles 2, 32, 33 et 34).
Documents d’étude
- Campagnes nationales et internationales officielles de prévention (brochures, affiches, spots télévisés)
- Les Misérables, Victor Hugo.

II - LA SOLIDARITE

Signe d’appartenance à une communauté humaine où chacun a sa part de responsabilité, la solidarité est liée à la valeur de fraternité, à l’idée de justice et à la dignité de la personne.

L’esprit de solidarité : Au sein de la classe, au collège et dans la vie quotidienne, les élèves ont l’occasion de réfléchir au sens de la solidarité et de mettre en œuvre diverses formes d’entraide.
Au plan international, la coopération et la solidarité se concrétisent par des actions, des projets, des réalisations. On illustre par un exemple (actions humanitaires, jumelage entre villes et régions, échanges entre établissements scolaires).

La solidarité instituée : En France, la protection sociale s’est organisée progressivement depuis le XIXe siècle. Elle a été instituée sous sa forme actuelle avec la Sécurité sociale en 1945. Elle repose sur le principe de la solidarité entre les actifs et les inactifs, entre les bien-portants et les malades, entre les générations. L’Etat assure une mission sociale en garantissant ce système de protection.

Documents de référence
- Préambule de la Constitution de 1946 (alinéas 11 et 12)
Documents d’étude
- Textes et rapports de l’UNESCO et de l’UNICEF.
- Les publications des clubs UNESCO et leur rôle.

III - LA SECURITE

Les lois et les règlements sur la sécurité garantissent les droits de chaque individu.

Au collège et dans la vie quotidienne : L’importance des règles dans toute société est soulignée à partir des situations observées dans la vie au collège et dans son environnement.
Le rôle et les fonctions de la police, de la gendarmerie, des pompiers sont expliqués.
La sécurité routière offre un exemple majeur d’éducation aux différentes dimensions de la responsabilité dans une société. Il ne s’agit pas d’apprendre le code de la route mais de réfléchir avec les élèves aux comportements qui peuvent mettre en cause leur propre vie et celle de leurs concitoyens.

Face aux risques majeurs : La sécurité civile, au sens institutionnel, informe, gère le risque et prend des mesures de sauvegarde. Les menaces graves aux personnes et aux biens, les atteintes à l’environnement (risques naturels, technologiques) requièrent la responsabilité de chacun, de l’Etat et des collectivités territoriales. Elles sont étudiées à partir de situations concrètes. On insiste sur l’importance de la prévention ; selon la localisation du collège, on développe un exemple d’organisation face à un risque majeur.

Documents d’étude
- Règlement intérieur du Collège.
- Code d’alerte nationale (circulaire ministérielle n° 90-239 du 9 octobre 1990).
- Code de la route (décret et arrêté du 12 février 1993).
- Matériel pédagogique : mallettes, Ecole et risque majeur (CDDP Dijon).
- Documents et cassettes audiovisuelles du Ministère de l’Environnement.
- Enseigner la sécurité routière au collège - MEN DLC - 1996

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2020 :

Rien pour ce mois

août 2020 | octobre 2020