Le JAZZ Origines, définition et caractéristiques du jazz

, par  M.Landais , popularité : 10%

LE JAZZ

À l’origine du jazz, il y a l’esclavage.
Déportés d’Afrique de l’Ouest depuis le XVIIe siècle, les esclaves noirs d’Amérique ont été contraints de travailler dans les plantations des colons européens installés en Amérique. (l’esclavage ne sera aboli qu’en 1865 après la guerre de sécession)
Privés de leurs propres pratiques religieuses, de leurs traditions et de leurs musiques, ils n’ont plus que le grain de leur voix et la couleur de leur peau pour se réinventer une nouvelle identité.
Le peuple noir, en mélangeant des éléments musicaux hérités de l’Afrique avec des éléments empruntés et adaptés de la culture musicale européenne, va ainsi donner naissance à des formes d’expressions comme le Negro-Spiritual et le Blues mais aussi le ragtime .

Dizzy gillespie {JPEG}

Définition du Petit Larousse :

« Musique afro-américaine, créée au début du XXe siècle par les communautés noire et créole du sud des Etats-Unis et fondée pour une large part sur l’improvisation, un traitement original de la matière sonore et une mise en valeur spécifique du rythme, le swing. »

Negro spiritual ou Spiritual

chant d’inspiration religieuse né au XVIIIe siècle parmi les esclaves noirs des Etats-Unis. A l’origine, ce sont des cantiques ( chant religieux chrétiens ) enseignés par les missionnaires blancs aux esclaves travaillant dans les plantations. Les esclaves vont transformer ces chants européens à leur manière en y apportant des éléments propre à leur culture africaine :

  • Call and response (appel et réponse) c’est-à-dire l’alternance d’un soliste et d’un chœur.
  • Battement des mains sur les contretemps.
  • Transformations rythmiques.
  • Inflexions et sonorité particulière de la voix. (le Growl, style de voix gutturale avec un grain rocailleux et des raclements graves, est un exemple de cette recherche d’une sonorité originale)
    Les paroles des spirituals sont tirées de l’Ancien Testament. Les esclaves noirs retrouvaient dans le récit des Hébreux captifs à Babylone ou en Egypte le reflet de leur propre condition d’esclave.
    On retrouve tous ces éléments dans le spiritual « Go down Moses » interprété par Louis Armstrong.

Le blues

Complainte du folklore noir américain dont le style a fortement influencé le jazz. Les textes expriment la mélancolie et la détresse liées aux conditions de vie du peuple Noir. La musique se caractérise par l’emploi de notes spécifiques appelées« blue notes » (altérations de certaines notes de la gamme majeure de la musique européenne dues aux inflexions propres à la façon de chanter des noirs américains.)
Le blues se déroule le plus souvent sur un cycle harmonique de 12 mesures. (Grille de blues)

Le ragtime

Style pianistique originaire de St Louis (Louisiane) qui se développe à partir de 1870. Il adapte la musique de salon et de danse européenne (marches, polkas,etc.) à la technique de jeu du banjo et se caractérise par une mélodie fortement syncopée. Le ragtime dont l’un des interprète et compositeur le plus célèbre est Scott Joplin, est l’une des source du Jazz.

C’est en puisant à la source de ces musiques que des musiciens noirs américains vont inventer un nouveau style musical qu’on appelle le Jazz.

Le jazz proprement dit est né au tout début du XXe siècle. Il prend son essor dans le sud des Etats-Unis notamment dans une ville de la Louisiane située sur les rives du Mississipi : La Nouvelle-Orléans.
Du premier style proche de la musique de fanfare jusqu’à nos jours, le jazz ne cessera de se transformer au gré de ses diverses interprètes et compositeurs.
Quels que soient les multiples styles apparus au fil des générations (New Orléans ; Chicago ; Swing, ; Be-Bop ; Cool Jazz ; Hard Bop etc.) le jazz, sous ses multiples formes, présente les caractéristiques suivantes :

  • Le recours à l’improvisation

Dans « night in Tunisia » par le Big-Band de Dizzy Gillespie, par exemple, des musiciens solistes prennent à tour de rôle des chorus (improvisation d’un soliste à partir des accords du thème)

  • Un traitement original du son

Goût pour les sonorités « sales » (dirty), pour les timbres triturés.

Inflexions, notes glissées qui s’opposent aux notes droites et précises de la musique classique par exemple.

Les instruments imitent les caractéristiques de la voix chantée.

Utilisation de blue-notes.

  • Une mise en valeur spécifique du rythme : le swing

Animation originale du rythme, impression de balancement qu’on appelle le swing.

Décalages subtils avec la pulsation régulière .

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2020 :

Rien pour ce mois

octobre 2020 | décembre 2020