180 secondes pour dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme

, par  Administrateur , popularité : 13%

Vendredi 6 avril 2018, cinquante-six collégiens venus de toute la France au mémorial de Caen ont eu trois minutes pour défendre les Droits de l’Homme, sous la forme de leur choix : plaidoirie, exposé, poésie, théâtre, musique, mime…Plus de 140 collèges et près de 8 000 élèves ont participé au projet.300 vidéos ont été envoyées au jury qui a sélectionné quinze équipes finalistes d’élèves de 4e et quinze équipes d’élèves de 3e. C’est la première année que ce concours est ouvert à toute la France. En 2017, il avait été réservé aux élèves de 4è et 3è de l’académie de Caen.

Deux élèves du collège François Mauriac de Louvres (95) ont fait partie des élèves sélectionnés pour la finale. Avec 6 autres élèves de Troisième de leur collège, elles se sont préparées pendant des semaines, en dehors des cours et avec l’aide de leur professeur d’histoire-géographie. Les 8 collégiens, travaillant en binômes, ont choisi de dénoncer des atteintes aux droits de l’homme variées : les mariages forcés, l’esclavage en Libye, la peine de mort, la pauvreté. Les élèves ont commencé par s’informer, trier les informations, sélectionner celles qu’ils voulaient garder. Trois minutes, en effet, c’est en effet bien court quand on a tant de choses à dénoncer !

Puis, ils ont choisi la forme de leur plaidoirie : comment dénoncer chacune de ces atteintes aux droits de l’homme de façon percutante et en respectant les règles données par le mémorial de Caen (filmer la prestation des candidats en plan fixe, sans mouvement de caméra ni zoom, sans aucun montage) ?

Enola et Kalliyan ont tout de suite choisi l’originalité : la danse, une de leur passion commune. Le sujet aussi est venu entièrement d’elles : dénoncer les mariages forcés, alors que certaines de leurs camarades pourraient en être menacées. Elles se sont longuement préparées, pour concilier le texte et la danse, ont choisi un accessoire, une corde, pour mieux être comprises, et elles ont répété le mardi soir, après leur journée de cours, avec leur professeur.
Le jury formé au collège par une équipe d’enseignants et le principal du collège, Christophe Dieu, a décidé d’envoyer leur vidéo au mémorial ainsi que deux autres vidéos. En mars, Enola et Kalliyan ont appris avec bonheur qu’elles étaient retenues pour la finale à Caen. Elles ont alors repris les répétitions, avec le soutien et la fierté de tous leurs camarades et professeurs, décidées à donner le meilleur d’elles-mêmes et déjà satisfaites d’aller en finale.

Le 6 avril, elles ont réussi à émouvoir le jury et leur auditoire avec leur texte chorégraphié. Elles ont remporté le premier prix pour la catégorie 3es !

« Les passages dansés ont permis d’ajouter des mots que seuls nos corps étaient capables d’exprimer », ont-elles dit ensuite aux journalistes venus les questionner.

Leur travail audacieux a d’ores et déjà donné envie à certains élèves de se lancer dans ce concours l’an prochain.

Quant à Enola et Kalliyan, elles ont choisi de partager cette expérience dans le cadre de leur oral « Parcours citoyen ».

Delphine Grandin, professeur d’Histoire-géographie-EMC

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2020 :

Rien pour ce mois

août 2020 | octobre 2020